Dur dur d’être CGP !

Alors le titre ne va parler à pas grand monde. Ne vous inquiétez pas, c’est normal car j’ai ce besoin de vous parler d’une profession encore peu connue – surtout peu reconnue -, mon métier :

Conseillère en Gestion de Patrimoine (CGP). 

Après 5 ans d’études, fraîchement diplômée, et pas peu fière de mon parcours, je peux enfin répondre à cette question qu’on me pose tant : « Tu fais quoi dans la vie ?« 

 Je suis Conseillère en Gestion de Patrimoine et Courtière en crédit. 

Courtier ca va, tout le monde connaît à peu prés. La chose se corse un peu plus dès que je prononce Gestion de Patrimoine. Les gens ne visualisent pas ce métier. Parfois on me répond « ah tu es banquière !«  Ce qui est faux ou « Ah !! Tu es celle qui donne des pistes un peu farfelus pour échapper au fisc…« ,  ce n’est pas mieux… Parfois je n’ai qu’un « Ah ok…« , alors ceux là… je suis sûre qu’ils n’ont aucune idée de ce en quoi consiste vraiment mon métier. 

Alors aujourd’hui je vais vous en dire plus dans cet article car c’est un métier qui a sa place et qui est trop souvent dans l’ombre de certaines professions  reconnues seulement auprès du « public«  de par leurs « statuts« . 

Pour faire simple et court, je vais détailler les trois mots qui composent et qui font ce métier :

CONSEIL – GESTION – PATRIMOINE

I. On commence donc par le verbe : Conseiller !

Rien de mieux qu’une définition pour comprendre le sens de ce mot. Selon Larousse, conseiller c’est :

« Indiquer à quelqu’un ce qu’il doit faire, lui recommander quelque chose ou quelqu’un ; donner l’avis de faire telle chose, suggérer. »

Conseiller ce n’est donc pas vendre ! Dis comme ça, cela parait logique mais je vous assure que dans mes premiers rendez-vous, dès lors que j explique mon métier j’ai souvent cette question qui revient : « Vous êtes là pour me vendre quoi ?« . La réaction qui me vient généralement c’est un temps de pause, je ne comprends pas et je me dis que j’ai sûrement dû faire une erreur dans ma présentation parce que … je ne vends rien et surtout pas au premier rendez-vous ! J’ai la chance d avoir un blog où je peux m’exprimer et donc pour toutes ces personnes, sachez que dans votre vie, vous allez être en contact avec certaines professions comme des médecins par exemple. Ces médecins, ils n’ont rien à vous vendre – à première vue – pourtant vous les consulter pour qu’ils vous donnent leurs avis, leurs positions sur une situation précise afin de poser par la suite un diagnostic et les démarches médicales à suivre. Ce conseil, cet avis, vous le payez et vous n’avez aucun mal à le faire.

Pourtant, ce médecin, dès que vous entrez dans son cabinet, il ne vous viendrait pas à l’esprit de lui dire « alors docteur vous allez me prescrire -donc vendre- quoi aujourd’hui ?«  

Un conseiller en gestion de patrimoine il faut le voir comme un médecin de votre Patrimoine. Tout simplement. On parle avec le « patient« , on lui demande ses projets de vie, on le questionne sur sa profession, sur la composition de sa famille, sur sa fiscalité etc. Ensuite on établit un diagnostic patrimonial en s’appuyant de nos radios à nous, comme les avis d’imposition, les bulletins de salaire, les offres de prêts, etc. Ce n’est qu’à la fin de toute cette étude que l’on donne nos préconisations lors de notre second rendez-vous. Alors parfois les préconisations vont être des conseils, comme un médecin vous dirait d’arrêter de fumer ou de faire plus de sport. Puis, à la fin de votre consultation, vous payez le médecin pour ce conseil apporté. C’est exactement pareille pour un conseiller en gestion de patrimoine, sauf que lui, sa consultation se déroule en 3 rendez-vous généralement pour le paiement d’une consultation. Il a donc lui le droit à ses honoraires pour son savoir-faire et ses préconisations apportées !

Un autre point qui peut devenir agaçant lié a cette notion de « vente-conseil« . Je pense qu’il ne vous ait jamais arrivé de négocier le prix de votre consultation à la fin de votre visite chez le médecin ! Alors pourquoi voulez-vous systématiquement négocier nos honoraires ? Encore que, la négociation s’accepte aujourd’hui et je ne suis pas contre si cela reste juste pour les deux parties. Par contre, ce que je ne comprends pas ce sont les demandes d’annulation d’honoraires pour la simple et bonne raison que nous fournissons juste du conseil. Cela vous arrive de ne pas payer la consultation chez votre médecin généraliste ? Le ferez-vous ? Tout travail ne mérite t’il pas salaire ? Ou existe-t-til des professions qui ont plus le droit de faire payer que d’autres ? Je me permets d’insister sur cette notion car nous avons plusieurs sources de revenus possibles dans l’exercice de notre profession, il y a beaucoup de « ont-dits », des bruits de couloirs et ce n’est pas claire. Malheureusement quand rien n’est claire on pense tout de suite que l’on se fait avoir. Si vous le souhaitez je pourrai éclaircir la rémunération de cette profession dans un autre article pour être vraiment précise car là je vais manquer d’espace. Mais, pour être brève, il arrive que parfois les préconisations vont être assimilés à des « produits«  que l’on soumettra au client. Là vous vous dites, elle utilise le mot « produit« , elle y vient à sa vente ! Et je vous réponds que vous faites encore une fois fausse route. Explication : Lorsqu’un médecin aura identifiée la maladie via un diagnostic en amont, son réflexe par la suite sera de soit vous donner des conseils soit d’attaquer la maladie via la prescription d’une ordonnance listant une infinité de « produits«  : vos médicaments. Tout comme le médecin avec son ordonnance, le conseiller en gestion de patrimoine peut être emmené à vous proposer des solutions d’investissement, de défiscalisation, de prévoyance retraite,etc spécifiques à vos demandes et vos besoins. !!! C’est bête à dire mais sans ses solutions, ou sans ses « produits«  pour d’autres, le conseiller ne sera pas en mesure de guérir votre maladie car il n’aura tout simplement pas les outils pour répondre à une problématique bien précise. Sans leur présence, les effets de levier attendus ne pourraient pas avoir lieu ! Ces « solutions-produits«  ce sont vos médicaments !! Tout simplement. 

II. Gestion, c’est notre deuxième mot !

Un bon conseiller c’est un bon gestionnaire ! On sollicite à nouveau notre bon vieux petit Larousse qui nous donne sa définition

« Gestion : Action ou manière de gérer, d’administrer, de diriger, d’organiser quelque chose. »

UN CONSEILLER EN GESTION DE PATRIMOINE ORGANISE ET OPTIMISE VOTRE PATRIMOINE.

Il n’y a pas de meilleure définition que celle-ci. Son principal objectif est donc de suivre son client dans toutes les étapes de sa vie et de gérer au mieux son patrimoine. Un conseiller en gestion de patrimoine identifie trois phases dans la vie d’un client. La première est la phase de construction de patrimoine. Elle débute généralement dès lors que le client a une situation professionnelle stable et qu’il souhaite se construire un patrimoine dans le but d’avoir des revenus complémentaires issus d’une source autre que celle de son activité professionnelle principale. Ce client a donc à l’esprit que ces revenus professionnels ne doivent pas être la seule source de revenus de son foyer. Ensuite vient la phase d enrichissement. Vous l’aurez compris, cette phase intervient des lors que la première à porter ses fruits. On peut également à ce stade poser un diagnostic et rééquilibré le patrimoine si besoin. La phrase phare du conseiller en gestion de patrimoine pour illustrer cet équilibrage c’est « qu’il ne faut pas m’être tous ces oeufs dans le même panier« . Le conseiller en gestion de patrimoine veille donc à ce que le patrimoine de son client soit varié et investit sur tous types d’investissement. Puis la dernière : la phase de transmission. Après avoir travaillé dur toute sa vie et s’être impliqué dans des investissements, il est plus judicieux, arrivé à un certain âge, de réfléchir à comment transmettre tout le travail de toute une vie sans que cela coûte cher à la descendance… Peu de personnes le savent mais une retraite comme une succession, ça se prépare, ça se sécurise ! Bon nombre d’héritiers n’ont pas connaissance du prix à payer à l’état pour être enfin propriétaires de la maison de leur enfance. Certains héritiers, la plupart d’ailleurs, sont dans l’obligation de vendre certains bien pour payer une succession. Nous retrouvons souvent ce cas quand aucune disposition n’a été prise par les parents de leurs vivants. Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est donc de vous accompagner en respectant vos souhaits afin de garantir et sécuriser de manière optimale le fruit de tout une vie à vos enfants.

D’une manière générale, le conseiller en gestion de patrimoine est présent pour vous accompagner dans toutes ses étapes de votre vie ! C’est un gestionnaire de votre patrimoine dans sa globalité, selon un critère d exercice : le temps.

III. Patrimoine, La mot de la fin, et quel mot.

Il m’a toujours intrigué et je trouve que c’est le mot le plus noble dans le titre de cette profession.  Quant on dit patrimoine on pense trop souvent à l’immobilier. Mais un patrimoine peut avoir tellement de formes possibles… Il peut être financier ou cela peut être un objet ou un brevet, un savoir faire, une entreprise.

J’aime particulièrement cette profession pour une chose : son champ d application ! Un bon conseiller en gestion de patrimoine peut et doit vous conseiller sur TOUT : aussi bien sur des questions juridiques, que sur des questions d’ordres fiscales ou civiles. Il doit savoir conseiller des particuliers comme des professions libérales, salariés ou dirigeants d entreprise. Son champs d action est vaste. Pourquoi ? Outre le statut d’indépendant et ses obligations légales, nous avons et surtout nous nous devons d’avoir une vision globale du patrimoine ! Pour qu’un train ne déraillent pas, tous ces wagons doivent être liés entre eux afin d arriver jusqu’à la gare sans casses… Il suffit d’un mauvais conseil sur un des wagons pour que la catastrophe arrive. Dans les rdv que j’ai fais, j’ai souvent entendu les clients me dire « Moi si j’ai une question juridique sur ma succession, par exemple, j’irai voir mon notaire. Merci.«  Ok pas de soucis, c’est une bonne démarche sauf que, quand un médecin vous annonce une grave maladie, votre reflex n’est pas plutôt d’aller en consulter d’autres pour une confirmation ? Et si ces deux médecins n’ont pas le même avis sur un point, leur travail commun sur votre dossier ne rendra pas le diagnostic meilleur ? Nous conseiller en gestion de patrimoine nous sommes dans la même démarche. Les français ont plus confiance aux professions « de plaque«  comme nous les appelons (notaires, les avocats, experts comptable,etc) qu’en nous. Pourtant, et plus souvent qu il n’y paraît, vous avez besoin de ces trois professions mais jamais, vous ne les faites se rencontrer alors que leurs activités sont liées… c’est ce pourquoi nous existons. Nous sommes le chef d’orchestre de votre patrimoine et nous sommes les interlocuteurs privilégiés entre vous et toutes ces professions telles que les experts comptables, les avocats, les notaires et les banquiers. C’est malheureux à dire, mais ces professions n’ont pas la vision globale que l’on a sur un patrimoine. Sans cette vision, vous pouvez conseiller des stratégies patrimoniales inadaptées à votre situation et dans certains cas c’est inefficace : perte d’argent – perte de temps ! Pour revenir aux médecins, il faudrait comparer votre conseiller en gestion de patrimoine comme votre médecin traitant, c’est un généraliste. Vous allez le voir pour les petits tracas et bobos. Pour les experts comptables, avocats, notaires, banquiers, ils seront vos médecins spécialistes en cas de complexité sur le dossier. Ensemble, généralistes et spécialistes, travailleront en complémentarité sur votre dossier afin de donner la solution la plus efficace pour traiter le problème. 

Je me justifie beaucoup dans cet article, mais je vous promets que ça m’est arrivé personnellement de ne pas donner suite à un rdv avec un expert comptable qui avait omis des doutes sur une stratégie patrimoniale que j’avais pensé. Mon réflexe a donc été de prendre un rdv avec un autre confrère, avocat fiscaliste, qui lui a su me confirmer cette stratégie, stratégie que l’expert comptable me réfutait…

Je ne pointe pas du doigt cette profession en particulier, ni aucune autre d’ailleurs, mais nous sommes des êtres humains et nous avons tous nos limites. A chacun son métier et le nôtre à son droit d’exister ! Si vous saviez les conseils que j’ai pu entendre venant de toutes ces professions dans certaines situations, c’est en s’en arracher les cheveux. Le problème de ces conseils c’est que se ne sont pas des conseils « sur mesure«   car ils n’étudient pas votre patrimoine et vos projets dans leur globalité. Hors ce qui s’applique très bien sur un cas n’est pas forcément applicable dans un autre. Trop souvent ces professions font d’un bon conseil une généralité et c’est la plus grosse erreur à ne pas faire.

Je vais encore m’aider de l’univers médical car il parle à tout le monde. Chaque patient à son propre ADN.  Un traitement sur un patient avec la maladie A n’aura pas forcément la même force ni la même intensité sur un autre patient atteint lui aussi de la maladie A car la maladie A n’est pas le seul facteur à prendre en considération. Il y a aussi et surtout la santé du porteur de la maladie et de ces antécédents qu’il faut étudier en amont et tout un tas d’autres informations à savoir pour régler et ajuster le traitement au second patient. Et généralement, ces professions n’ont pas ce réflexe… 

Malheureusement, les clients ont plus confiance en ces professions qu’en la mienne. Je trouve ça bien dommage pour eux car nous sommes le garant de conseils et stratégies sur mesure adaptés aux aspirations et projets de chaque client. Chaque client est unique, la solution se doit de l’être aussi.

Nous ne sommes pas en concurrence avec toutes ces professions, nous travaillons avec ! Beaucoup de cabinets d’experts comptable ou d’avocats sont en collaboration avec des cabinets de conseillers en gestion de patrimoine. Et ils le sont tous pour la simple et bonne raison qu’ils n’ont pas la capacité d’exercer notre métier et de proposer les solutions que nous seuls pouvons proposer ! Tout simplement.

C’est l’effet de synergie : 1 + 1 = 3 … 


Bien évidemment, je n’ai pas réussi à faire court car j’avais besoin d’être complète.

Vous vous demander peut-être alors dans quel cas voir un conseiller en gestion de patrimoine ? Quand je rencontre un client, je l’interroge, je prends connaissance de ces projets et je lui demande de me classer par ordres d’importance ces points : 

  • Diversifier son patrimoine 
  • Avoir des revenus complémentaire
  • Réduire son imposition
  • Optimiser son patrimoine 
  • Protéger son conjoint
  • Protéger ses enfants 
  • Préparer sa retraite 
  • Préparer sa succession 

Apres avoir fait une étude patrimoniale, il y a parfois des problématiques que je soulève que le client ne soupçonnait pas. Pourtant, pour un conseiller en gestion de patrimoine c’est souvent vu comme un bouton en plein milieu du visage. Un client néophyte ou parfois même connaisseur peut ne pas le savoir et nous sommes là pour lui apporter se savoir faire, notre conseil. Il m’arrive donc de traiter ces fameux boutons en lui soumettant mes préconisations tout en prenant en considération son classement.

Faire une étude patrimoniale auprès d’un conseiller en gestion de patrimoine compétent peut apporter beaucoup, même lorsque il n’y a pas de projets précis. Ensuite, si en lisant la liste vous vous êtes dit « ah moi je veux avoir des revenus complémentaire«  ou « j’aimerai préparer ma succession«  alors il n’y a plus aucun doute, un rendez-vous avec un conseiller s’impose. 

J’ai besoin de faire cet article car les conseillers en gestion de patrimoine ne sont pas des marchands de tapis. Dans toutes les professions, il y a de l’abus et comme dans toutes les professions, il y en a qui aime leur métier et qui l’exerce par passion avant la soif de l’argent. J’aime énormément mon métier parce que je me sens utile pour mes clients. C’est tout.

Aussi, face à un nouveau client ou même à  mon entourage, je suis confrontée quotidiennement à de nombreux aprioris de par mon statut de « Junior« Pourtant, nous avons toutes les compétences et connaissances pour exercer notre métier dès lors que nos études validées nous le permette. Alors s’il vous plaît, donner une chance aux jeunes ! Ils sont autant impliqués dans leur travail -parfois beaucoup plu même – que des seniors. Sachez également que dans un cabinet en gestion de patrimoine, nous discutons et échangeons ensemble sur les dossiers. Le conseil que vous avez n’est pas le conseil d’un conseiller mais de tous les conseillers du cabinet. Puis, en toute honnêteté, ce qui se passe dans les études notariales vaut pour la nôtre : les clercs de notaire font beaucoup plus de travail que les notaires eux-même ! Et pourtant, des lors que ces jeunes clercs deviennent des notaires à leur tour, on les juge alors que leur travail vous avait été remis par un notaire auparavant. Il faut arrêter avec cette vision des choses trop archaïque, arrêter d’être dans le jugement, sans réel fondement et laisser nous l’opportunité de vous prouver notre savoir faire. Un jeune interne est obligée de pratiquer pour apprendre. Lors de votre opération prévu avec un médecin, ça sera sûrement lui qui vous opérera quand vous serez inconscient. Pour autant, il sera sous la tutelle de son professeur, votre médecin ainsi que de toute son équipe médicale. Tout cela vous assure le bon déroulement de l’opération. Nous fonctionnons de la même façon dans un cabinet en gestion de patrimoine. Les jeunes sont très bien entourés et souvent leur conseil est un conseil validé par un conseiller expérimenté ! 


J’ai tellement à vous dire sur mon métier que je pourrai en écrire un livre. Mais je vais m’arrêter là pour aujourd’hui car je sais que c’était un peu long – je l’ai écris un soir d’insomnie.

Dans tous les cas, si cet article vous a plu, je serai ravie de vous en écrire d’autres dans ce thème.

En attendant, je vous dis à très vite et prenez soin de vous

niny-cie-signature

 

 

Laisser un commentaire