Je suis une enfant du divorce

Ce sujet ça fait quelques jours que ça me trotte, que je lis sur des articles qui parle de ça, que je m’interroge sur cette situation et que je me questionne si je dois en parler sur ce blog en faisant attention à ne pas trop en dire aussi … Et puis finalement je pense que j’en ai besoin… Alors je vais commencer par vous parler de ma plus grande peur :

Je me suis toujours promis de ne jamais faire vivre à mon enfant une séparation. J’entends déjà certains me dire « Quand la vie de couple est invivable, se séparer reste la meilleure chose à faire ». Je suis d’accord à 100% avec cette logique. Sauf que, à notre époque, je déplore notre nouvelle manière de définir « un couple ». C’est bien connu, nous sommes une génération de « zappeur ». On n’aime plus, on change. On s’énerve, on change. On doute, on change ou on test autre chose en parallèle – c’est au choix lol. Alors qu’avant être deux et s’unir signifiait la force, aujourd’hui rien n’est plus fragile qu’un couple. Le plus malheureux dans cette histoire c’est que cette notion s’étends aujourd’hui  au mot « famille ». C’est à ce moment là que je vous copie colle une question du Figaro « A l’heure de la banalisation du divorce, la souffrance des enfants a-t-elle été oubliée ? ».

C’est prouvé, les enfants de parents divorcés se ressemblent et souffrent a peu près tous de traumatismes liés à cette séparation et qui sur le long terme auront de nombreux effets sur leurs personnalités. Personnellement, je sais que je me trouve dans cette catégorie là. Malheureusement, seules les personnes ayant vécu un divorce ou une séparation peuvent comprendre. Et aujourd’hui j’ai envie que tout le monde comprenne ce que cette décision engendre comme conséquences sur vos enfants. Alors j’ai décidé de vous faire une petite lettre à ces parents divorcés sur l’exemple de celle-ci.


〈〈  Chère Maman,  Cher Papa ,

Dites moi : que j’ai été un enfant de l’amour. Rappelez moi que vous vous êtes aimé, que vous avez été heureux, que vous ne regrettez rien et même pas moi !

Expliquez moi : Selon mon âge, adaptez votre discours sur les raisons de votre séparation.  Préservez moi de la souffrance que papa ou maman a pu faire en me le/la dénigrant.  Racontez moi plutôt tous vos souvenirs de bonheur, vos rires, vos pleurs et essayer de faire renaitre cet ancien amour pour l’autre à travers moi.

Rassurez moi  : en me disant que votre séparation n’est pas du à ma naissance. Que je ne suis pas venue foutre le bordel dans votre vie de couple, que je ne suis pas la cause de cette décision et que je n’ai pas à me sentir coupable de votre séparation.

Ne me demandez pas : de faire un choix entre l’un ou l’autre. Si j’avais eu le choix je vous aurai voulu l’un et l’autre mais on ne me l’a pas donné. Ne me demandez pas non plus de remplacer ma maman ou mon papa par un nouveau/nouvelle papa/maman, c’est impossible. Dans mon coeur & dans une vie nous n’avons que « deux parents de sang » et ils n’ont pas à être remplacer en général ! Ce choix, si je dois le faire, doit être ma volonté et vous n’avez pas à m’y forcer ou a m’y contraindre. Si je vous aime l’un autant que l’autre laissez moi vous aimez et n’aimez que vous.

Ma famille c’est vous ! J’ai autant besoin de l’un que de l’autre et je vous aime tous les deux à force égale. Alors, s’il vous plait, pour moi, ne vous haïssez pas, ne vous critiquez pas devant moi. Pensez à mon avenir et essayez de conserver une certaine entente pour moi & ma vie future. Vous voir en bon terme, vous voir organiser mes anniversaires ensemble, passer des moments avec vous deux, et de partagez des moments importants de ma vie ensemble, me donnera l’illusion d’avoir toujours eu ma famille à moi.

Ne m’imposez pas : votre nouvel amour ou votre nouvelle famille. Je suis une enfant qui veut le bonheur de ces parents et qui donc se soucis beaucoup plus de l’après séparation de ses parents que de son avenir propre. Ne me pressez pas à instaurer une relation avec ce nouveau venu. Laissez moi le temps de m’adapter, d’apprendre à connaitre et de surtout respecté mon positionnement sur cette nouvelle vie. Vous l’avez voulu, rêver mais rappelez vous que moi non.

Gardez moi une place ! Maman, papa, vous vous êtes abandonné et ma plus grande crainte c’est de l’être à mon tour. Alors ne m’oubliez pas, j’ai peut être besoin d’un peu plus d’attention, de mots d’amour, de réconfort, d’écoute que d’autres enfants normaux …

Je ne serai pas une famille recomposée ! J’ai été une enfant de famille décomposée. Il est donc difficile pour moi de me projeter dans une vie de famille qui se « recompose » alors que j’en ai jamais réellement eu une ou qu’elle a éclaté en cours de route. Je veux simplement apprendre a composer ma famille et a vivre avec cette nouvelle notion qui m’est étrangère.

Prouvez moi : que je ne deviendrai pas une histoire de votre passé dans votre nouveau livre d’amour. A tout âge et pour tout heure. Donnez moi l’impression d’avoir toujours une place centrale dans votre vie. Une enfant a besoin de passer du temps avec ces parents, de jouer avec eux, de se confier à eux, de leurs demander des conseils de vie et surtout de se créer des souvenirs.

Si vous n’avez pas le temps : de faire mon éducation, confiez la à mes grands parents. C’est une chance de vivre une enfance collée à ces grands-parents. Ils sont la plus belle chose que la vie a pu m’offrir et je leurs doit tout. Donner son enfant à ses propres parents n’est pas chose facile mais c’est une preuve de courage. Dans certains cas c’est la meilleure chose à faire alors pensez à moi, à mon éducation, à ma stabilité. Avec eux, j’aurai deux second parents et surtout une vie de famille.

Laissez le plus possible de choses identiques dans ma vie : comme c’était avant la séparation. Cela commence par ma chambre, ensuite sur les petites choses que j’ai faites tout seul avec mon Papa ou ma Maman. La séparation est un grand bouleversement dans ma vie et le restera pendant toute sa durée. Alors laissez moi mes repères, ne me bousculer pas trop vers des changements trop rapides. Essayez de faire des transitions à tous changements de votre vie qui impliquera la mienne aussi.

Epargnez la parentalisation ! Je suis encore jeune pour tout ça mais malheureusement la vie fait que je grandis plus vite que les autres et je comprends les choses plus rapidement que les enfants normaux. La séparation fait murir un enfant et parfois j’ai peur de devenir un fruit un peu trop vite pourri avant l’heure. Faite en sorte que malgré ce default, pendant ma jeunesse, je conserve l’insouciance de l’enfance.

Soyez amour et affection avec moi.  〉〉

 

 


 

J’aurai pu continuer pendant des heures mais 13 c’est un bon chiffre (:

Rappelez vous qu’un enfant de parent divorcé ça se comprend et se traite différemment qu’un enfant ayant sa papa & sa maman à ses cotés. Pour le comprendre, il faut cerner ces faiblesses. Généralement les conséquences d’une séparation ou d’un divorce sur un enfant se caractérise par :

•    Un manque de confiance en soi et en les autres avec évitement des conflits et difficulté à demander de l’aide.

•    Une problématique de place, de rôle (suite à l’inversion des rôles vécue dans l’enfance).

•    Une quête de reconnaissance : ce qui l’amène souvent à trop donner, à vouloir sauver l’autre, à se conformer socialement (en se dénaturant).

•    Une problématique liée au plaisir : difficile de s’accorder du temps, du repos, des cadeaux, de satisfaire ses besoins ou envies (souvent méconnus), etc… Ces adultes fonctionnent exclusivement par devoir et sont souvent coupés de leur ressenti.

•   Un problème d’identité : par identification au parent défaillant (effondrement narcissique) qui propose une image dévalorisante et honteuse.

•    Une dépendance affective qui se manifeste soit par une tendance à la relation fusionnelle et exclusive (rêve d’être pris en charge), soit par la fuite ou l’évitement pour maîtriser la distance relationnelle.

•    Une pseudo maturité : image sérieuse mais maturité affective figée à l’époque de la prise en charge du parent. De ce fait, a plutôt tendance a être à l’aise avec des personnes plus âgées que lui. En fait, la juste maturité vient avec l’enseignement tiré des erreurs.

•    Un besoin de contrôle et de maîtrise pour masquer un vide intérieur.


 

Prenez soin de vous & de vos proches. Comme je dis souvent, nous ne sommes rien sur Terre et la seule chose essentielle que nous avons ici c’est l’amour des gens qu’on aime. Protégez les, ils sont précieux.

D’énormes bisous.

Niny. 

10 Commentaires

Répondre à Cindy Annuler la réponse.